logo
Mouvements de navires à Marseille - Fos
Françoise Massard / Photos Emmanuel Bonici
Navires cités dans cette page ( cliquez sur leurs noms ) : - Aidacosma - Aidanova - Costa Smeralda - Costa Toscana - Iona - Mardi Gras -
Page précédente
  Page suivante

D'autres navires à Marseille et à Fos-sur-Mer régulièrement présentés dans la rubrique "Nouvelles au quotidien"


Présentation officielle à la presse du paquebot COSTA SMERALDA (Marseille le 23.02.2020)

Le paquebot COSTA SMERALDA, paquebot-amiral de la flotte Costa Crociere (siège à Gènes, Italie et filiale du groupe américain Carnival), a été livré par le chantier germano-finlandais Meyer Turku le 05.12.2019 (sa quille avait été posée le 16.12.2015 et le navire avait été lancé le 15.03.2019). Après avoir été inauguré le 20.12.2019 à Savone (Italie / on peut voir ici quelques photos du port et de son terminal, le Palacrociere), le paquebot a embarqué ses premiers passagers dès le lendemain, entamant ainsi sa première croisière commerciale au départ de ce port le 21.12. Avant l'explosion de la pandémie Covid-19 qui a fait revenir à quai tous les paquebots, le COSTA SMERALDA proposait des croisières d’une semaine en Méditerranée occidentale, avec escale à Savone, Marseille, Barcelone, Palma de Majorque, Civitavecchia et La Spezia (cette dernière escale devait être remplacée par Cagliari durant l'été 2020). Le paquebot devait escaler toutes les semaines (en fait tous les dimanches) à Marseille et c'est à cette occasion qu'il devait être présenté à la presse. Repoussée à deux reprises, cette présentation a finalement eu lieu le 23.02.2020. Le COSTA SMERALDA a accosté vers 07h30 au poste 183 du mole Léon Gouret du GPMM (Grand Port Maritime de Marseille), en provenance de Savone où il avait été baptisé le 22.02 (sa marraine est l'actrice espagnole Penelope Cruz). Il a appareillé pour Barcelone le soir même à 17h15. Avec ses 337 m de long pour 42 m de large, ce paquebot est le plus grand navire de la flotte Costa (il peut embarquer jusqu'à 6 518 passagers) et, surtout, le premier paquebot de l'armement italien (et l’un des premiers au monde) à être propulsé au GNL (gaz naturel liquéfié), carburant qui permet d’éliminer presque totalement les émissions d’oxyde de soufre (zéro émission) et de particules fines (réduction de 95 à 100 %), et de réduire considérablement les émissions d’oxyde d’azote (de l'ordre de 85 %) et de dioxyde de carbone (jusqu’à 20 % de réduction) (1).
(1) Le Groupe Costa s’est fixé un onbjectif ambitieux : une réduction de 40 % des émissions de CO2 de sa flotte d’ici 2020, avec dix ans d’avance sur l’objectif fixé par l’OMI (Organisation Maritime Internationale).
COSTA SMERALDA
Ce paquebot fait partie, pour le Groupe Costa, d’un programme d’expansion qui engage un investissement de plus de six milliards d’euros pour la construction de sept nouveaux navires, qui seront livrés d’ici 2023 (cinq d'entre eux seront propulsés au GNL). "Trois de ces paquebots, dont le COSTA SMERALDA, feront régulièrement escale à Marseille, contribuant ainsi au développement durable de ce port qui se trouve au centre de nos opérations en Méditerranée", selon Neil Palomba, Président de Costa Croisières (les deux autres paquebots évoqués sont l'AIDAnova et le futur COSTA TOSCANA, chacun des trois navires faisant une escale par semaine dans le port phocéen, NDLR) (2). Cent pour cent des besoins quotidiens en eau du navire sont assurés directement grâce aux réservoirs d’eau de mer et aux systèmes de désalinisation à bord (trois osmoseurs à haut rendement). Sa consommation d'énergie est minimisée grâce à l’utilisation d’un système d'économie d’énergie intelligent, avec par exemple des ascenseurs nouvelle génération (dits "à consommation nulle") qui récupèrent l'énergie en la réinjectant dans le système électrique. Les éclairages sont assurés par des LED basse consommation gérés par un système de contrôle de l'éclairage intelligent. Le triage des déchets est systématique (le recyclage des plastiques / papiers / verre / aluminium faisant partie d’une approche intégrale destinée à encourager les projets d’économie circulaire), l'utilisation des matières plastiques à usage unique est d'ailleurs déjà fortement réduite à bord (Costa devrait réduire la consommation de plastiques à bord de ses navires de plus de 50 t par an). Le navire-amiral lance également le programme "4GOODFOOD", une initiative unique dans le secteur maritime et une "pratique d'excellence" dans le secteur de l’hôtellerie qui vise à réduire le gaspillage alimentaire (récupération des repas préparés mais non consommés pour distribution à la Fondation de l’Armée du Salut de Marseille). Notons enfin que ce nouveau fleuron Costa se veut résolument italien, dans sa décoration des espaces publics et des cabines (l’ensemble de l’ameublement, de l’éclairage, des tissus et des accessoires ont été fabriqués en Italie) — confiée au designer américain Adam D. Tihany — et dans sa cuisine. Ce paquebot est un véritable hommage à l'Italie, en commençant par son nom : "Costa Smeralda" ou "Côte d'Emeraude" fait référence à la célèbre côte du Nord-Est de la Sardaigne aux magnifiques eaux vertes. Avec l’arrivée du COSTA SMERALDA, la flotte du Groupe Costa s’élève désormais à un total de 29 paquebots en service.
(2) Le Groupe Costa est propriétaire à 50 % du Terminal croisières de Marseille et à 33 % du Chantier naval de Marseille. Avec ses 465 m de long pour 85 m de large et un tirant d'eau de 11 m, la Forme 10 est la plus grande cale de Méditerranée et la troisième plus grande du monde. Elle va être modernisée pour prendre en charge les nouveaux navires propulsés au GNL du Groupe Costa qui nécessitent des compétences très spécialisées. À long terme, ce projet va contribuer à créer de nouvelles installations pour le secteur des croisières, ce qui aura un impact social positif.

La cérémonie de présentation à la presse s'est déroulée dans le Théâtre San Remo (situé sur l'avant du paquebot, entre les ponts 6 et 7), théâtre / salle de spectacle transformable en boîte de nuit le soir et possédant un équipement son et lumière assez exceptionnel.  De dimensions qui restent raisonnables pour un navire de cette taille, ce théâtre se trouve ainsi être un espace public assez chaleureux.
Quelques-unes des photos de la cérémonie avec, par exemple, le discours du Directeur de Costa France (photo de gauche), ou des échanges de plaques entre le Commandant du paquebot, Paolo Benini, et le Directeur du MPCT (Marseille Provence Cruise Terminal, exploité à parts égales par les compagnies Costa Crociere et Mediterranean Shipping Company), ou encore H. Martel, Président du directoire du GPMM (Grand Port Maritime de Marseille), photo de droite. Les intervenants de Costa Croisières ont insisté sur les engagements du Groupe vis-à-vis de l'environnement, problématique qui devient un enjeu majeur à l'avenir pour tous les armateurs, tant pour les paquebots que pour les cargos d'ailleurs.
L'échange de plaques se poursuit en le Commandant et J. Hardeley, Directeur de CNM (Chantier Naval de Marseille), à gauche, ou encore avec le Responsable de la Police aux frontières (photo de droite).
Quelques plans rapprochés du COSTA SMERALDA. On notera que les canots sont prépositionnés en déport par rapport à la muraille du paquebot.
COSTA SMERALDA (Genova) - IMO 9781889 - Indicatif d'appel IBCA - MMSI 247391900 - Paquebot de croisières - 336,98x42,00x11,80 m - TE 8,80 m - JB 185 010 - PL 12 500 t - Ptot 61 760 kW (quatre moteurs dual fioul-GNL 4T-16cyl MaK-Caterpillar 16M46DF couplés à quatre générateurs (de 14 300 kW chacun) qui alimentent deux moteurs électriques de propulsion (de 18 500 kW chacun) / deux azipods de 5,2 m de diamètre et pesant 13,2 t chacun) - V 17 nd - Prop. d'étrave (4 x 3 500 kW) - Cap. GNL 3 350 m3 - Cap. passagers 6 518 (2 612 cabines et suites, réparties en 21 catégories : 28 suites, 1 824 cabines extérieures dont 106 avec jardin d'hiver et terrasse, 1 522 avec balcon et 168 cabines avec sabord ou hublot, 788 cabines intérieures / toutes les cabines ont un accès WiFi et sont accessibles en fauteuil roulant / cap. max. 4 personnes par cabine / les cabines ont une décoration, un code couleur et des motifs de la ville dont chaque pont reprend le nom : Capri, Rome, Venise, Florence, Palerme, Trieste, Milan, Naples, …) - Equipage 1 682 (ratio passagers/équipage 4:1) - 19 ponts (dont 11 entièrement ou partiellement réservés aux cabines) - 11 restaurants (dont le "Laboratorio del gusto" où les passagers composeront eux-mêmes leur menu, l'incontournable "Spaghettis Barilla", etc.) - 19 bars & salons - Théâtre San Remo (1 100 places) situé à la proue du navire et qui se transforme en discothèque en deuxième partie de soirée - Bibliothèque - Salle d'expositions - Cinéma - Salle de jeux - Casino - Piano-bars - Boutiques - Musée du design de Costa (le "CoDe" pour "Costa Design Museum", de 400 m2) - Immense centre de bien-être (avec salon de beauté, salle de sport, sauna, hammam, piscine de balnéothérapie, 16 salles de traitement dont soins au sel de mer ou découverte des bienfaits du froid par la neige, cabines de relaxation, etc.) - Chapelle - 4 piscines (dont 3 extérieures) - Jacuzzis - Toboggans aquatiques - Solarium - Terrain de basket-ball - Cours de tennis - Simulateur de golf - Minigolf - Mur d'escalade - Piste de jogging - Patinoire - Sports aquatiques divers - Zone réservée aux enfants avec piscine, jeux, etc. - Blanchisserie automatique & Service de blanchisserie - Certifié Green Plus (par la société de classification RINA) - Constr. 12.2019 (Meyer Turku, Turku, Finlande) - Propr. Carnival Corp. (Miami, Etats-Unis) - Gérant/Opérat. Costa Crociere SpA (Gênes, Italie) - Pav. ITA. Sisterships : AIDAcosma (IMO 9781877 / Livrable 04.2021) - AIDAnova (IMO 9781865 / 12.2018) - COSTA TOSCANA (IMO 9781891 / Livrable 06.2021) - IONA (IMO 9826548 / Livrable 05.2020) - MARDI GRAS (IMO 9837444 / Livrable 04.2022), plus trois autres (IMO 9837456 / IMO 9849693 / IMO 9851737) qui n'ont pas encore reçu leurs noms, livrables entre 04.2022 et 05.2023.

Après le déjeuner pris au restaurant Colombina (pont 5), visite du paquebot : les trois heures de visite furent malheureusement trop limitées pour visiter en totalité un navire de près de 337 m de long, comportant 19 ponts. Mais les photos suivantes donnent quand même une bonne idée du design à bord. La musique est omniprésente, tous les espaces publics étant équipés en son et lumière. Visite commencée par les ponts extérieurs. Ici, la Piazza di Spagna, ouverte sur trois ponts (16-17-18), donnant sur l'arrière du paquebot. Equipée d'un mur géant en Led, cette place est un lieu d'animations et de spectacles autant que de bains de soleil.
La Piazza di Spagna est surplombée par un balcon à ciel ouvert qui court sur le pourtour de la poupe du paquebot : avec ses 65 m de haut au dessus-du niveau de la mer (soit le point le plus élevé du navire), cette promenade Passeggiata Volare offre une spectaculaire vue panoramique. Comme on le voit ci-dessous, cette promenade dispose d'un plancher de verre qui donne au passager l'impression de marcher sur l'eau.
L’Aqua Park Smeralda dispose de toboggans et autres tourbillons aquatiques.
Les Solarium se répartissent entre les ponts 17, 18 et 19, dont un complètement à l'avant du navire, qui permet une vision sur l'horizon pour tous les passagers. A droite, la petite piscine Settimo Cielo située à la poupe du navire.
Au pont 16, le Spiaggia Beach Club comprend une grande piscine intérieure à eau de mer, installée sous un dôme transparent et pouvant être utilisée quelle que soit la température extérieure. Ce lieu sert également de salle pour certains spectacles.
Pour les plus jeunes, nous avons vu précédemment l’Aqua Park Smeralda (ponts supérieurs), mais il existe aussi le Luna Park et le Baby Squok Club (situés au pont 16 côté poupe, de même d'ailleurs que le Video Arcade réservé aux adolescents).
Les grandes salles de spectacles sont le Théâtre San Remo (dont on a vu des photos intérieures supra), mais aussi le Colosseo, place située au centre du navire et abritant de nombreux salons-bars. Ses murs sont recouverts d'écrans Led géants proposant des photos et videos sur les régions traversées au fur et à mesure du déroulement des croisières et des villes et sites à visiter (comme on le voit sur les deux photos de droite ci-dessous © Costa). Ce théâtre ouvert au cœur du navire accueille des concerts, de petits spectacles, des jeux, etc.
Une compagnie d'acrobatie répète justement son spectacle dans le Colosseo.
Cet atrium circulaire, déployé sur trois ponts au centre du paquebot et bordé de bars et de boutiques, tire son nom de la "Piazza del Colosseo" à Rome.
Quelques exemples de passages publics (halls d'accès aux ascenseurs).
S'il y a souvent des galeries d'art sur les paquebots, c'est la première fois que je constate l'existence d'un musée du design à bord : le CoDe (pour Costa Design Collection), au pont 7, est un grand tunnel en acier, éclairé de l’intérieur, composé d’une série d’anneaux ouverts donnant accès à divers espaces d'exposition situés sur les côtés (400 m2 en tout). Ce musée compte quelques centaines d'objets symboliques du design italien, de la mode au cinéma en passant par le mobilier et les transports (avec les incontournables "Vespa" et "Lambretta").
Le paquebot COSTA SMERALDA compte pas moins d'une vingtaine de bars.
Certains bars sont à thème, comme le très flashy Campari Bar (première photo), situé sur la place du Colosseo, qui est un bar à cocktails et digestifs. Le Ferrari Bar (photo de droite ci-dessus), donnant également sur le Colosseo, propose quant à lui l’ensemble de la prestigieuse gamme des vins pétillants Ferrari.
Le spacieux Mastroianni Bar comporte la plus grande piste de danse du paquebot (voir ici). Ce bar est aussi un lieu où les mélomanes peuvent écouter différents genres musicaux tout en prenant des consommations.

Le COSTA SMERALDA compte 15 restaurants, mais tous n'ont pu être visités. Sur la première photo, le restaurant La Colombina (pont 5), aux lignes arrondies, au design minimaliste conçu par David Rockwell (architecte américain qui a fondé à New York en 1984 le cabinet d'architecture Rockwell Group). Ce restaurant, tout comme l'Arlecchino par exemple (cf. infra), portent des noms inspirés des célèbres masques de la "Commedia dell'Arte" italienne. L'un et l'autre proposent de la cuisine régionale italienne. Sur la photo du milieu, le restaurant-bar Baraco, propose des "cicchetti" à la vénitienne (du latin "ciccum" ou "ciccus" que l'on peut traduire par "petite quantité"), sorte de tapas italiennes à base d'œufs, de poissons, de charcuterie, de fromage, de légumes marinés (tels qu'on les consomme dans les "bàcari" vénitiens), accompagnées d’une excellente sélection de vins. Il propose également des plats végétariens. Sur la photo de droite, l'îlot de goût fruits de mer du restaurant-buffet La Sagra dei Sapori (pont 8), les trois autres îlots de goût (non photographiés) étant spécialisés dans les pâtes, les viandes et les plats végétariens.
Entrée du restaurant Arlecchino, au pont 6, entrée unique desservant l'ensemble des multiples "ilôts de goût" (zones de restauration différentes) constituant ce restaurant (cf. plan). Comme dit précédemment, il porte lui aussi le nom d'un masque de la "Commedia dell'Arte".
Les cinq séries de photos suivantes présentent ce restaurant Arlecchino qui a la particularité de fournir en un même lieu, six ambiances différentes qui vont du moderne épuré au feutré, façon bibliothèque, en passant par Art Déco années 30. Sur les trois photos ci-dessous, le restaurant dit "Kitchen".
En effet, ce restaurant Arlecchino a été conçu (par le cabinet d'architecture d'intérieur newyorkais Jeffrey Beers International) comme une grande villa italienne comprenant de nombreuses pièces. Celles-ci sont inspirées de différents environnements de vie : l'entrée (comme vue plus haut), le salon, la salle à manger, la cuisine (comme vue ci-dessus), etc.
Le restaurant Arlecchino toujours, avec sur les deux premières photos ci-dessous l'espace "Dining-room".
Sur la photo de droite, le restaurant "Living-room" de l'Arlecchino.
Dernières photos du restaurant Arlecchino, avec ici une ambiance qui s'apparente à la "bibliothèque" de cette grande villa italienne imaginée par Jeffrey Beers (celui-ci a fondé JBI en 1986 à New York), architecte d'intérieur de renommée mondiale qui a participé, par exemple, à la conception des hôtels internationaux les plus prestigieux.
Ci-après, restaurants très différents. Le Ristorante Lab ou Laboratorio del Gusto (première photo) met les croisiéristes à l'épreuve des fourneaux puisqu'ils doivent préparer eux-mêmes leur dîner avant de déguster, aidés toutefois par des chefs experts qui les sensibilisent en même temps à une alimentation durable ! La Pizzeria Pummid’oro (deuxième photo) propose des pizzas "100 % made in Italy". Les pizzaiolos y préparent des pizzas cuites au feu de bois, 24 h/24. Le Teppanyaki (photo de droite) est un restaurant typiquement japonais où les fans de sushis pourront les déguster tranquillement tout en assistant à des spectacles et autres divertissements.

Les cabines occupent la totalité des ponts 10 (Roma) / 11 (Firenze) / 12 (Genova) / 14 (Venezia) / 15 (Milano), et partiellement les ponts 16 (Como) / 17 (Bellagio), ainsi que les ponts 4 (Palermo) / 5 (Taormina) / 8 (Capri) / 9 (Napoli). On notera que, là encore, il n'y a pas de pont 13… les marins sont superstitieux. Il existe évidemment de nombreux types de cabines (21 en tout), de la cabine intérieure à la suite de luxe. La cabine présentée ci-dessous est une cabine avec véranda / jardin d’hiver et balcon privé : cette véranda située entre la cabine proprement dite et le balcon est une première sur un paquebot (imaginée par le cabinet Dordoni Architetti — fondé en 2005 à Milan par Rodolfo Dordoni, en collaboration avec deux autres designers d'intérieurs, Alessandro Acerbi et Luca Zaniboni). Sur les 1 656 cabines avec balcon (ou terrasse) du COSTA SMERALDA (soit plus de 63 % du nombre total de cabines), il y a 106 de ces nouvelles cabines. Tous comme les ponts, chaque cabine s'inspire d'une ville italienne (la télévision, quand elle ne fonctionne pas, se transforme en un grand cadre représentant un cliché de la ville). La décoration des cabines a été réalisée par le studio Dordoni Architetti précédemment mentionné. Les tissus et motifs graphiques — signés par les designers Dedar (Milan) et Rubelli (Marghera-Venise), réalisés par les meilleurs artisans italiens, caractérisent tous les intérieurs et s’inspirent des villes donnant leurs noms aux ponts.


Comme on le voit ci-dessous, le COSTA SMERALDA avait quitté Marseille le soir même de cette présentation à la presse, mais il y est revenu pour cause d'épidémie de Covid-19, et cette fois-ci il reste malheureusement à quai. Deux autres paquebots partagent actuellement son sort : l'EUROPA 2 et l'AIDAsol. Chacun d'eux quitte de temps en temps leur quai d'attente, à tour de rôle, pour faire tourner leurs moteurs de propulsion et vidanger au large les eaux grises. Jusqu'à quand cette immobilisation des paquebots dans tous les ports du monde, nul ne peut actuellement le dire…

Dernière mise à jour : 06.08.2020 Page suivante

© Françoise Massard
 
  www.cargos-paquebots.net